PIA
PETITPAS
Danseuse Pia Petitpas Crazy Horse By Victor Point
Si le Crazy Horse ne s’en était pas mêlé, Pia Petitpas ferait peut-être aujourd’hui claquer ses bottes d’officier de l’armée de terre française au lieu de ses stilettos de Crazy Girl. À dix-huit ans, après quinze ans d’amour fou avec la danse classique, elle intègre contre toute attente une prépa Hypokhâgne qui la rendra admissible à l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr… Mais à vingt ans, “demi-tour droite”! Sa passion de la danse la rattrape et elle rentre dans le rang de la troupe d’élite du Crazy Horse. Tous les soirs, elle revêt l’uniforme et marche au pas, mais c’est pour l'ouverture mythique du spectacle du Crazy Horse Paris!
Danseuse Pia Petitpas Crazy Horse By Victor Point
précédent
suivant
Nationalité
Française
Première date au Crazy
22 Août 2019
Muse
Ma professeur de danse classique
Je ne peux pas résister
Une nuit à la belle étoile
"J’aime expérimenter la beauté et le champ des possibles des émotions"
Danseuse Pia Petitpas Crazy Horse By Victor Point
Danseuse Pia Petitpas Crazy Horse By Victor Point
"J’aime me sentir libre et vivre chaque moment pleinement et avec simplicité"
"Au Crazy Horse, les danseuses sont nues sur scène, mais ce n’est pas ce que l’on voit! C’est de la magie!"
Danseuse Pia Petitpas Crazy Horse By Victor Point

Quelle est l’origine de votre nom de scène ?

“Pia” rappelle mes origines corses. “Petitpas” fait référence à la fois au chorégraphe et danseur classique Marius Petipa et à mon long parcours pour intégrer la troupe. Quatre auditions plus tard, me voilà !

 

Comment se sont passés vos premiers pas sur la scène du Crazy Horse ?

J’étais la fille la plus heureuse du monde quand je suis rentrée dans la troupe du Crazy Horse… mais ça a été très difficile. Je suis arrivée à vingt ans, à peine sortie de l’adolescence, en me disant que j’étais enfin devenue une femme et que j’avais réussi à prendre ma place dans le monde. Mais en fait, loin de là ! Tout restait à faire. On m’a demandé d’aller chercher en moi des choses dont je ne soupçonnais même pas encore l’existence comme mon côté femme fatale ou ma capacité à affronter le public les yeux dans les yeux… Ce n’est qu’aujourd’hui, trois ans après, que je commence enfin à me sentir plus confiante et plus légitime.

 

Que vous apprend votre expérience au Crazy Horse ?

J’apprends à donner du temps aux choses, à accepter de les laisser mûrir. J’étais d’une nature impatiente et intolérante avec moi-même. Maintenant, j’essaye de viser loin tout en étant heureuse des petits progrès de chaque jour. La technique des petits pas finalement !

 

Qu’est ce qui, au quotidien, continue de vous faire vibrer lorsque vous entrez au Crazy Horse ?

Le Crazy Horse est une maison unique au monde, son esthétique me touche particulièrement. J’aime l’art du nu, que ce soit en peinture, en photo ou sur scène. Je trouve que le corps humain est une merveille que le Crazy Horse parvient à transcender en faisant briller les mille et unes facettes de la femme. Au Crazy Horse les danseuses sont nues sur scène, mais ce n’est pas ce que l’on voit ! C’est de la magie !

 

Quelle est la femme qui vous inspire le plus ?

Ma plus grande inspiration reste ma première professeure de danse classique, Magdalena, qui m’a suivie depuis mon enfance jusqu’à mes dix-huit ans. C’est une femme à la grâce et au port de tête incroyables, qui m’a toujours beaucoup impressionnée et soutenue. Elle a été ma lumière sur le chemin de la danse, celle qui m’a transmis la passion, la rigueur et l’envie d’y dédier ma vie.

 

Avez-vous un truc contre le trac ?

Mon meilleur remède contre le trac c’est de ne laisser aucune place au doute, de me sentir totalement prête : bien maquillée, bien coiffée, bien échauffée, connaissant ma chorégraphie sur le bout des doigts.

 

Quel tableau du Crazy vous émerveille le plus ?

Sans hésitation, Attitude ! C’est mon premier solo, il a la saveur particulière de la première fois tant attendue et il est le fruit d’un travail et d’une réflexion commune avec Psykko Tico, qui m’a formée au numéro. Il me fait penser à une boîte à musique, la danseuse évolue dans un grand cerceau qui tourne sur la toute petite scène du Crazy Horse au milieu d’un jeu de miroirs… c’est une atmosphère magique et mystérieuse. Il est l’expression même de la grâce et de la fluidité.

 

Découvrez Pia PetitPas en vidéo :

Photos : Victor Point

Vidéo : Paul-Henri Pesquet