27/08/2018

Trois choses que vous ignorez (peut-être) sur le Crazy Horse !

Depuis 1951, les nuits parisiennes vibrent sous les talons des Crazy Girls, et le cabaret lui-même semble être un lieu dont chaque facette est connue. Pourtant, le Crazy Horse sait encore et toujours surprendre autant qu’émerveiller. Découvrez une sélection des secrets les mieux gardés du mythique cabaret.

 

La salle et sa scène : pourquoi cette configuration particulière ?

Lors d’une première visite au Crazy Horse, après avoir descendu l’escalier emblématique, la vue sur la scène étonne par sa taille et sa hauteur sous plafond.

En réalité, le Crazy Horse, avant de devenir le plus glamour des cabarets, était…une cave à vins. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 12 de ces caves qui ont été réunies pour représenter tous les espaces du Crazy Horse ! Cette particularité a conditionné la dimension de la scène : 6 mètres de longueur, 3 mètres de profondeur et 2 mètres de hauteur. D’ailleurs, c’est pour cela que la taille des Crazy Girls ne peut excéder 1,73m : plus grandes, chaussées de leurs sublimes souliers aux talons de 12 cm, elles seraient bien trop près du plafond.

 

Recrutement : comment rejoindre les Crazy Girls ?

Leurs courbes et leur beauté captivent autant qu’elles intriguent… Les Crazy Girls, femmes uniques et sublimes, doivent bien sûr correspondre à des critères bien précis (taille, proportions, formation en danse classique).

Mais ce qui fait la différence, c’est ce « petit plus » pétillant et impertinent qui fera d’elles les incarnations parfaites des somptueux tableaux dont elles vont devenir les interprètes. Un sourire, une attitude, un éclat, quelque chose qui tout d’un coup déclenchera le « oui, c’est elle ». Sur 500 candidatures annuelles, seules 20 intégreront la troupe !

 

©François GOIZE

 

Maquillage : qui sublime la beauté des danseuses du cabaret ?

La mise en beauté, pour une Crazy Girl, est fondamentale. Vêtue de lumière, évoluant tout près du public, la danseuse doit offrir une apparence parfaite.

Et c’est la Crazy Girl elle-même qui sublime son regard rehaussé de faux-cils et habille sa bouche de l’incendiaire rouge Crazy. Mais ce n’est pas tout : pour une peau qui capte parfaitement la lumière, elle applique du fond de teint sur tout son corps. Chaque année, 500 litres de maquillage et 300 rouges à lèvres sont nécessaires pour que, soir après soir, les Crazy Girls incarnent de la plus belle des manières le glamour et l’identité du Crazy Horse.

Crédits Photos : Mark Davies et François Goizé