P-Fly

L'homme-élastique

Fasciné par les smurfers et les breakers, qui cassent le mouvement aussi bien debout qu’au sol, P-Fly est un danseur pas comme les autres.

De son véritable nom Paul Bulenzi, P-Fly est l’un des précurseurs du Flexing en France. Un genre de danse hors norme, qui mêle différents styles de break dance et de contorsionnisme.

Entre glissades, vagues, moonwalk et des contorsions spectaculaires, les os craquent, se déboîtent et se replacent dans un numéro très technique, qui ne laisse pas indifférent !

Son style atypique se nourrit de son histoire, de voyages et de rencontres, notamment dans les night-clubs de Brooklyn et lors de compétitions internationales, comme « Juste Debout », qui réunit plus de 4000 danseurs de hip hop à travers le monde.

Repéré par le Crazy Horse

Après quelques passages médiatisés à la télévision, il est repéré par le Crazy Horse, qui l’invite à se produire sur sa scène mythique.

Une collaboration qui lui permet de côtoyer d’autres artistes, comme Mister Fantastic, spécialiste de popping, le duo de claquettistes Roman & Slava, ou encore l’ombromane Phippe Beau.

P-Fly, qui se considère comme un « rookie » à côté de ces grands artistes invités par le célèbre cabaret parisien, a accompagné pendant six mois la légendaire troupe des Crazy Girls en tournée mondiale à Séoul.

Une nouvelle expérience pour l’homme caoutchouc !

P-Fly, artiste invité au Crazy Horse Paris

Danseur, showman et enseignant

Séduit très tôt par ce style de danse incontournable, P-Fly apprend son art sur le tas. Première partie du chanteur MC Solar à Trappes, il commence à donner des cours de hip hop en 1998, à l’Avant-Scène de Rueil-Malmaison.

Dix ans plus tard, la salle francilienne lui propose de monter une troupe de jeunes danseurs amateurs, les Blasterz. Un spectacle voit le jour sur la scène du Théâtre André Malraux (Rueil).

Performeur et professeur de hip hop depuis 17 ans, P-Fly s’est notamment fait connaître en participant à deux émissions de télévision française. En 2011,il concourt lors de la sixième saison de « La France a un incroyable Talent », où il médiatise son style avec un numéro intitulé « l’homme squelette », entre souplesse et jeux d’articulation.

L’année suivante, il tente également sa chance à la « Meilleure Danse ». Caché à quatre ans dans un sac pour échapper à la guerre en Ouganda, où une mort certaine l’attendait, sa propre histoire lui inspire un numéro plein d’émotions.

LE SAVIEZ VOUS ?

  • Crazy Horse Paris was founded by Alain Bernardin in 1951 and has been an illustrious cabaret ever since.

  • Celebrity shoe creator Christian Louboutin designed the red-soled shoes for many acts including « Teasing », « Rougir de Désirs » and « Upside Down ».

  • La voix féminine sur la bande son du numéro « Spoutnik » appartient à la danseuse Fiamma Rosa.

  • Inauguré le 21 septembre 2009, le show « Désirs » est signé Philippe Decouflé et Ali Mahdavi.

  • Hilton McConnico a crée la première affiche du spectacle « Désirs » en 2009.

  • Chaque année, les danseuses du Crazy Horse utilisent 250 paires de bas, 500 litres de maquillage et 300 tubes de rouge « Crazy ».

  • Deux danseuses du Crazy Horse ont été les modèles pour David Lynch pour son projet « Fetish », en collaboration avec Christian Louboutin.

  • Two Crazy Girls modelled for David Lynch’s « Fetish » photo series

  • La 1ère Guest Star dans l’histoire du Crazy Horse est Dita Von Teese en octobre 2006.

  • Poupie Cadolle a crée les corsets de « Red Shoes ».

  • All dancers are classically trained. It takes three to five month of hard work to transform a classical dancer into a Crazy Girl.

  • 300 « Crazy Red » lipsticks are used each year by Crazy Horse Paris’ dancers.

  • More than 30 dancers currently work with Crazy Horse Paris.

  • Chaque danseuse est baptisée d’un nom de scène lors de son entrée au Crazy Horse.

  • Fifi Chachnil signe la tenue de la PDGère dans « Crisis ! What Crisis ? »

  • Internationally acclaimed corsetiere Poupie Cadolle, whose grandmother invented the bra, designed the corsets for « Red Shoes ».

  • The cabaret is considered a national monument in France. It is a cultural phenomenon and part of the national heritage.

  • At least six pairs of shoes are tailor made for each dancer.

  • Le nom du cabaret parisien est en hommage au chef Sioux Crazy Horse.

  • Christian Louboutin a dessiné les souliers d’une majorité de tableaux dont « Teasing », « Rougir de Désir » et « Upside Down ».

Les Artistes invités

  • ENVIE D'EN
    VOIR PLUS ?

    + D'ARTISTES INVITÉS

ENVIE DE NOUS REJOINDRE ?

PROPOSER UN NUMÉRO PASSER LE CASTING