Philippe Decouflé

Homme de défis

Chorégraphe inclassable, Philippe Decouflé est un homme de défis.

Après avoir mis en scène avec succès les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d’Albertville, ainsi que la parade de lancement de la Coupe du monde de rugby en 2007, le légendaire Crazy Horse Paris lui propose un nouvel exercice de style.

Le challenge à relever est pointu : créer de nouveaux tableaux mettant en scène la femme, les femmes du mythique cabaret, ces sublimes Crazy Girls, qui évoluent chaque soir sur une scène dont la configuration est millimétrée.

Le tout dans un cadre magique aux codes uniques, marqué par l’univers de la nuit et ses mystères, dans l’intimité confinée d’une scène historique, en plein cœur du Triangle d’Or de Paris.

A 50 ans, il prend le relais des créateurs, qui ont enflammé la scène de l’incontournable institution parisienne, fondée en 1951 par l’artiste avant-gardiste Alain Bernardin.

Philippe Decouflé, chorégraphe du célèbre show Désirs, au Crazy Horse Paris

Entre tradition et modernité

En 2008, il commence à créer de nouveaux tableaux, en qualité de Metteur en Scène du nouveau spectacle Crazy Horse et s’inscrit dans le cadre de la stratégie initiée par la nouvelle direction du groupe, sous l’impulsion d’Andrée Deissenberg, la Directrice Générale Création et Développement.

En 2007 après avoir transformé la salle du cabaret en un espace modulable à l’atmosphère plus intime, le Crazy Horse souhaitait également renouveler son répertoire historique, en mettant à nouveau la création artistique au centre de ses activités.

« J’ai toujours été séduit par le style et la rigueur de cette maison et suis très honoré de la rejoindre. Je souhaite lui insuffler une touche de modernité, d’humour et de chaleur tout en m’inscrivant dans l’héritage de son créateur, Alain Bernardin », expliquait alors Philippe Decouflé.

L’esthétique d’Alain Bernardin

Faisant fi des contraintes liées au lieu, le chorégraphe met en scène les divines Crazy Girl, leurs corps sublimes, mais aussi la danse, le spectacle, à travers des compositions qui mettent en avant la lumière, les formes, les couleurs

« La scène est très petite, les corps sont formatés, maquillés et tout le travail consiste à avancer dans une création nouvelle tout en préservant l’esthétique d’Alain Bernardin. Les codes du Crazy sont non seulement incontournables mais aussi gardés précieusement, férocement parfois même par les gardiennes du temple », poursuit le créateur.

Création de « Désirs »

Son premier tableau est intitulé « Upside Down« , jeu de miroir et de réflexion, poétique et déroutant, créé sur une musique de Yaël Naim, « Toxic », reprise de Britney Spears. Il enchaîne les créations, qu’il teste le soir-même sur la scène du Crazy Horse.

Le 15 septembre 2009, 15 ans après la disparition de son fondateur, le Crazy lance sa nouvelle revue, « Désirs », qui intègre une partie des nouveaux numéros créés par Decouflé ainsi que des tableaux mythiques du répertoire du légendaire cabaret parisien.

Chorégraphe, metteur en scène et danseur

Né à Paris en 1961, Philippe Decouflé est chorégraphe, metteur en scène et danseur. Il lance sa compagnie DCA en 1983, avant de l’installer dix ans plus tard à Saint-Denis. Ses spectacles sont produits en France et à l’international. Il multiplie les projets dans le dans le domaine du spectacle vivant, du cinéma et de la publicité.

Après sa « Mêlée des Mondes », grande parade qui a envahi les rue de Saint-Denis à l’occasion de la Coupe du Monde de Rugby en 2007, il part en tournée avec « Solo », puis « Cœurs Croisés », au sein duquel il aborde la thématique de l’effeuillage.

Fin 2008, il présenta « Sombreros » au Théâtre National de Chaillot à Paris. Toujours à la recherche de nouveaux projets, Philippe Découflé prépare actuellement un grand show pour le Cirque du Soleil à Broadway qui ouvrira ses portes en 2016.

LE SAVIEZ VOUS ?

  • Chaque année, les danseuses du Crazy Horse utilisent 250 paires de bas, 500 litres de maquillage et 300 tubes de rouge « Crazy ».

  • Deux danseuses du Crazy Horse ont été les modèles pour David Lynch pour son projet « Fetish », en collaboration avec Christian Louboutin.

  • Christian Louboutin a dessiné les souliers d’une majorité de tableaux dont « Teasing », « Rougir de Désir » et « Upside Down ».

  • Chaque danseuse est baptisée d’un nom de scène lors de son entrée au Crazy Horse.

  • Inauguré le 21 septembre 2009, le show « Désirs » est signé Philippe Decouflé et Ali Mahdavi.

  • Fifi Chachnil signe la tenue de la PDGère dans « Crisis ! What Crisis ? »

  • Celebrity shoe creator Christian Louboutin designed the red-soled shoes for many acts including « Teasing », « Rougir de Désirs » and « Upside Down ».

  • Hilton McConnico a crée la première affiche du spectacle « Désirs » en 2009.

  • Poupie Cadolle a crée les corsets de « Red Shoes ».

  • La voix féminine sur la bande son du numéro « Spoutnik » appartient à la danseuse Fiamma Rosa.

  • Internationally acclaimed corsetiere Poupie Cadolle, whose grandmother invented the bra, designed the corsets for « Red Shoes ».

  • La 1ère Guest Star dans l’histoire du Crazy Horse est Dita Von Teese en octobre 2006.

  • More than 30 dancers currently work with Crazy Horse Paris.

  • Two Crazy Girls modelled for David Lynch’s « Fetish » photo series

  • Le nom du cabaret parisien est en hommage au chef Sioux Crazy Horse.

  • All dancers are classically trained. It takes three to five month of hard work to transform a classical dancer into a Crazy Girl.

  • At least six pairs of shoes are tailor made for each dancer.

  • The cabaret is considered a national monument in France. It is a cultural phenomenon and part of the national heritage.

  • 300 « Crazy Red » lipsticks are used each year by Crazy Horse Paris’ dancers.

  • Crazy Horse Paris was founded by Alain Bernardin in 1951 and has been an illustrious cabaret ever since.