Le Crazy Horse Paris, un lieu mythique

L’antre du glamour

Descendez les larges marches qui mènent à l’antre du glamour, prenez place dans les fauteuils velours de la mythique demeure du Crazy Horse et découvrez le charme singulier de cette Maison de Création incontournable.

Douze danseuses sublimes aux noms chimériques se dévoilent, vous plongeant dans un univers subjuguant.

Avec agilité, souplesse et humour, avec élégance, talent et impertinence, chaque danseuse vous offre une vision particulière de la féminité.

Du bout de l’ongle à la pointe du pied, l’éclat des formes vous envahit, les chevelures vous entêtent, les regards vous piègent.

N’attendez plus, entrez dans le raffinement du cabaret parisien, entrez dans la légende …

Situé au cœur du Triangle d’Or parisien, le Crazy Horse vous accueille tous les jours au 12, avenue George V dans le 8ème arrondissement de Paris, à deux pas de la Tour Eiffel et des Champs Elysées.

Dans ce lieu mythique et intime, aimé et prisé des créateurs et artistes du monde entier, devenez-vous aussi « fous du Crazy » !

Plongez dans l'univers du mythique cabaret, le Crazy Horse Paris

Une signature artistique

Le Crazy Horse, également communément nommé Le Crazy, fut fondé à Paris en 1951 par Alain Bernardin, artiste avant-gardiste et insatiable admirateur des femmes. Egalement fasciné par les Etats-Unis, une idée fixe l’obsède : placer la création et la femme au centre de son cabaret.

Au fil des ans, Alain Bernardin développe une véritable signature artistique, alliant danseuses classiques aux corps parfaits et cambrés – habillées principalement de projections – aux influences musicales et vestimentaires du moment. Chacun des numéros est conçu comme un tableau impertinent et moderne, pensé autour d’une chorégraphie, d’un décor et de projections.

Cette « griffe » Crazy est rapidement reconnue tant par les artistes et concepteurs du monde entier, attirés par la réputation de la maison et son savoir-faire inégalable à sublimer la femme, que par un public français et international composé également d’hommes et de femmes.

Les codes fondamentaux de la maison sont jalousement gardés après la disparition de son créateur, laissant au Crazy Horse l’héritage d’un haut lieu des soirées parisiennes, à l’image singulière et forte.

Affiche du Crazy Horse Paris, un lieu mythique

Depuis 2006, sous la direction artistique d’Andrée Deissenberg, l’art et la création reviennent au centre du spectacle : des créateurs de renom mettent leurs talents au service de la tradition Crazy et l’écrin délicat ouvre régulièrement sa scène à des artistes de prestige. Les talents s’y croisent et des secrets de fabrication se partagent pour que, plus de 60 ans après, le rêve fou continue…

Source d’inspiration

Le Crazy a toujours inspiré les plus grands artistes.

Son riche patrimoine artistique a contribué à sa notoriété chez les designers, artistes et créateurs, les nombreuses collaborations nées au fil des années avec des personnalités du monde de la mode, de l’art et de la musique l’attestent.

Parmi eux, Roberto Cavalli, Azzedine Alaïa, Poupie Cadolle, Antoine Kruk, Bob Sinclar, Swizz Beatz…

Mais aussi Kylie Minogue, Christina Aguilera, Mirwais, Monarchy, Blanca Li, Pierre & Gilles, Philippe Katerine, Jean Paul Gaultier, Beyoncé (qui a sollicité Le Crazy pour le vidéoclip du titre « Partition » de son album sorti en décembre 2013).

En 2006, Le Crazy Horse décide d’ouvrir ses portes à des femmes d’exception le temps de représentations exclusives et exceptionnelles.

Parmi ces « Guest Stars », Dita Von Teese, Arielle Dombasle, Pamela Anderson, Clotilde Courau, Noémie Lenoir et une femme d’un autre genre, Conchita Wurst.

Dita Von Teese au Crazy Horse Paris

Le temple de la féminité

En 2009 le célèbre chorégraphe français Philippe Decouflé co-signe la revue Désirs, avec le photographe et directeur artistique Ali Mahdavi, une pointure du monde de la mode. Christian Louboutin, le créateur des souliers à la semelle rouge dont toutes les femmes rêvent, devient en 2012,  le 1er « Guest Créateur » de la maison en créant la revue éphémère Feu.

L’esthétique du cabaret parisien a également inspiré de nombreux artistes photographes tels que le cinéaste David Lynch, qui photographie une danseuse du Crazy Horse et en fait l’affiche officielle du 61ème Festival de Cannes et la photographe allemande Ellen von Unwerth.

Le photographe italien Riccardo Tinelli  présente à l’espace Purgatoire – 54 Paradis du 2 au 11 avril 2014  « Fabuleux Crazy Horse : « qui es-tu derrière ces lumières ? », une exposition photographique inédite dédiée à la féminité et au glamour, née de l’union artistique entre le photographe et le Crazy.

Plus de 60 ans après sa création, Le Crazy continue de se réinventer sur le thème inépuisable de la femme et du féminin.

Fabuleux Crazy Horse, exposition photographique de Riccardo Tinelli

L’écrin de la capitale

A l’origine, le Crazy Horse, dont le nom est un hommage au chef Sioux Crazy Horse, était une cave, rive droite. Les clients y venaient pour boire un verre et admirer Rita Renoir, Poupée la Rose, Bertha Von Paraboum, Lova Moor ou Rosa Fumetto. Assis autour de petite tables ou bien debout au bar, l’ambiance qui régnait au 12, avenue George V était incomparable.

Renouvelée en 2007,  cette salle mythique, toujours rouge, parée de velours, de laque et de miroirs, est aussi conçue pour être modulable. L’objectif est de recréer un lieu où chaque élément du spectacle et de la salle puisse être changé, comme lorsqu’on ouvre puis l’on ferme les tiroirs d’une boîte à bijou. De cette manière, le Crazy saura toujours attirer de nouvelles créations et se réinventer chaque jour.

Préalablement aux travaux de rénovation entamés en juillet 2007, l’établissement souhaite faire profiter du mythe du Crazy Horse en mettant en vente ses anciens fauteuils et banquettes. Dessinés en 1989 par Alain Bernardin lui-même, les fauteuils étaient d’inspiration années 30 et tapissés d’un velours rouge foncé, le « Rouge Crazy ».

La salle du Crazy Horse Paris, un lieu mythique

« En se portant acquéreur de l’un de ces fauteuils, on achète aussi un petit bout de la légende ! » dit le Crazy, car il faut savoir que ces fauteuils ont accueilli des personnalités aussi illustres que David Bowie, Francis Ford Coppola, Gérard Depardieu, Michel Houellebecq, Kylie Minogue, Michel Polnareff, Sting, Madonna ou encore plus récemment Rihanna, Dr. Dre, Scarlett Johansson et Will Smith.

LE SAVIEZ VOUS ?

  • La voix féminine sur la bande son du numéro « Spoutnik » appartient à la danseuse Fiamma Rosa.

  • Hilton McConnico a crée la première affiche du spectacle « Désirs » en 2009.

  • Poupie Cadolle a crée les corsets de « Red Shoes ».

  • Fifi Chachnil signe la tenue de la PDGère dans « Crisis ! What Crisis ? »

  • Christian Louboutin a dessiné les souliers d’une majorité de tableaux dont « Teasing », « Rougir de Désir » et « Upside Down ».

  • Deux danseuses du Crazy Horse ont été les modèles pour David Lynch pour son projet « Fetish », en collaboration avec Christian Louboutin.

  • Chaque danseuse est baptisée d’un nom de scène lors de son entrée au Crazy Horse.

  • Inauguré le 21 septembre 2009, le show « Désirs » est signé Philippe Decouflé et Ali Mahdavi.

  • Le nom du cabaret parisien est en hommage au chef Sioux Crazy Horse.

  • La 1ère Guest Star dans l’histoire du Crazy Horse est Dita Von Teese en octobre 2006.

  • Chaque année, les danseuses du Crazy Horse utilisent 250 paires de bas, 500 litres de maquillage et 300 tubes de rouge « Crazy ».