Lila Magnetic

Nationalité : française
Cheveux : bruns
Yeux : marrons
Signe astrologique : taureau

D’où vient votre nom de scène ?

La couleur du Lila est celle que je préfère. A mon arrivée, tout le monde a remarqué mes accessoires violets…

Et Magnetic… c’est à vous de me le dire !

Comment devient-on danseuse au Crazy Horse ?

Première étape et pas des moindres : le casting. C’est probablement ce qui m’a le plus marquée, le plus impressionnée. Improviser seule sur cette scène mythique, presque nue, devant les managers, n’était pas chose facile. Ensuite, il faut travailler, toujours chercher à se perfectionner. Cela prend du temps de devenir une Crazy Girl !

Quelle est votre motivation pour bien commencer la journée ?

J’aime être sur scène, c’est ce qui m’anime, me nourrie, me motive. Alors le matin, je prends soin de moi pour être opérationnelle le soir : un bon petit déjeuner, les ongles, les cheveux et des étirements.

Quels sont vos rituels avant de monter sur scène ? Votre préparation Crazy ?

Perfectionniste, je m’assure que tout soit parfait. Je prends mon temps pour que le maquillage soit impeccable et mes cheveux soignés. Ensuite vient le moment de l’échauffement, très important ! Puis je me concentre, je respire.

  • La sublime Lila Magnetic au Crazy Horse Paris
  • Portrait de la Crazy Girl Lila Magnetic
  • La danseuse du Crazy Horse Lila Magnetic

La Crazy Girl Lila Magnetic en images

La tournée Forever Crazy, mon meilleur souvenir

 

Quel est votre meilleur secret beauté/forme ?

Je pratique le yoga quotidiennement pour garder la forme, je mange équilibré et je dors huit heures par nuit.

Qu’est ce qui est « Crazy » pour vous et qu’est ce qui ne l’est pas ?

La marche, la démarche Crazy est pour moi une bonne représentation de ce qui est « Crazy ». Celle-ci doit être assumée, déhanchée, grande et le tout en laissant transparaître sa personnalité et son caractère.

A l’inverse, ce qui n’est « pas Crazy » c’est la vulgarité, sous toutes ses formes. Que ce soit dans l’attitude, le langage ou les goûts.

Quelle est la femme qui vous inspire le plus ?

Difficile de choisir, en ce moment j’écoute Barbara. J’ai une grande admiration pour elle, une carrière pareille avec un passé si dur, quel respect !

Quel est votre meilleur souvenir au Crazy Horse ?

La tournée « Forever Crazy » est mon meilleur souvenir. J’ai été sur les routes pour plus de deux années… (Londres, Canada, Hong Kong, Cannes, Russie etc…)

Quel est votre numéro préféré ?

Là encore, il est difficile de faire un choix. Quand j’ai vu le spectacle pour la première fois, mon coup de cœur a été « Chain Gang ». J’espère toujours le faire un jour…

3 mots pour définir une femme Crazy ?

Une femme Crazy est pour moi une femme élégante, un peu mystérieuse et généreuse avec son public.

LE SAVIEZ VOUS ?

  • Inauguré le 21 septembre 2009, le show « Désirs » est signé Philippe Decouflé et Ali Mahdavi.

  • Fifi Chachnil signe la tenue de la PDGère dans « Crisis ! What Crisis ? »

  • Christian Louboutin a dessiné les souliers d’une majorité de tableaux dont « Teasing », « Rougir de Désir » et « Upside Down ».

  • Poupie Cadolle a crée les corsets de « Red Shoes ».

  • La 1ère Guest Star dans l’histoire du Crazy Horse est Dita Von Teese en octobre 2006.

  • Le nom du cabaret parisien est en hommage au chef Sioux Crazy Horse.

  • Chaque année, les danseuses du Crazy Horse utilisent 250 paires de bas, 500 litres de maquillage et 300 tubes de rouge « Crazy ».

  • Hilton McConnico a crée la première affiche du spectacle « Désirs » en 2009.

  • Chaque danseuse est baptisée d’un nom de scène lors de son entrée au Crazy Horse.

  • La voix féminine sur la bande son du numéro « Spoutnik » appartient à la danseuse Fiamma Rosa.

  • Deux danseuses du Crazy Horse ont été les modèles pour David Lynch pour son projet « Fetish », en collaboration avec Christian Louboutin.

ENVIE DE NOUS REJOINDRE ?

PROPOSER UN NUMÉRO PASSER LE CASTING