Enny Gmatic

Nationalité : franco-britannique
Cheveux : brune
Yeux : marrons
Signe astrologique : sagittaire

 

D’où vient votre nom de scène ?

Nos noms de scène nous sont donnés lors de notre première représentation et après avoir été formées pendant deux mois. A vous de découvrir pourquoi je m’appelle Enny Gmatic…

Quel est votre meilleur souvenir au Crazy Horse ?

Mon premier anniversaire ! C’était lors de ma première tournée internationale, on était en shooting avec un designer taïwanais. C’était pour une exposition, quatre photos de moi à l’échelle humaine avec des projections de lumière sur le corps allaient être exposées. A la fin de ce shooting, les équipes sont arrivées avec un gâteau en chantant « Joyeux anniversaire » en taïwanais.

Quelle est votre motivation pour bien commencer la journée ?

To be happy ! Au réveil, je me fais une infusion de citron, gingembre et miel. Je médite aussi pour prendre conscience des petits plaisirs de la vie et je me rends compte à chaque instant qu’on a de la chance de vivre notre passion.

Quelle est la femmes qui vous inspire le plus ?

Toutes les femmes.

Quel est votre meilleur secret beauté/forme ?

Manger sainement, se sentir bien dans sa peau, le yoga et les produits Lush !

"Chain Gang", une expérience scénique pour moi

 

Qu’est ce qui est Crazy et qu’est ce qui ne l’est pas pour vous ?

Depuis plus de 60 ans, le Crazyness n’a fait qu’évoluer à travers les époques et les modes. Rien n’est figé ! Mais ce qui ne change pas, ce sont les Crazy Girls qui incarnent avec chic les caractères et les fantasmes de chaque femme dans le monde. Ce qui est Crazy, c’est l’art, la mode, l’innovation, la sensualité et la subtilité. Ce qui ne l’est pas, la stagnation et la banalité.

Quel est votre numéro préféré ?

« Chain Gang », « Laser », « Rougir de Désir » et beaucoup d’autres… Ces trois numéros sont très différents et ils ont traversé les époques. Ce sont des numéros puissants qui permettent à la danseuse d’exprimer toutes sortes d’émotions sur des musiques d’exception. Faire « Chain Gang » a été une expérience scénique pour moi.

Comment devient-on danseuse au Crazy Horse ?

Pour devenir danseuse, il faut mettre dans un shaker, une bonne dose de danse classique, des talents d’actrice, de la passion, de la rigueur et surtout de la sensualité et du glamour pour obtenir un cocktail explosif et une Crazy Girl.

Quels sont vos rituels avant de monter sur scène ? Votre préparation Crazy ?

A mon arrivée, je fais le tour des loges pour discuter et voir comment vont les filles. Je me coiffe et me maquille. Je termine par une séquence de yoga pour équilibrer mon corps et mon esprit avant d’entamer le Crazy show !

3 mots pour définir une femme Crazy ?

Une femme pétillante, sensuelle et énigmatique…

LE SAVIEZ VOUS ?

  • Deux danseuses du Crazy Horse ont été les modèles pour David Lynch pour son projet « Fetish », en collaboration avec Christian Louboutin.

  • Chaque année, les danseuses du Crazy Horse utilisent 250 paires de bas, 500 litres de maquillage et 300 tubes de rouge « Crazy ».

  • Inauguré le 21 septembre 2009, le show « Désirs » est signé Philippe Decouflé et Ali Mahdavi.

  • Hilton McConnico a crée la première affiche du spectacle « Désirs » en 2009.

  • Fifi Chachnil signe la tenue de la PDGère dans « Crisis ! What Crisis ? »

  • Poupie Cadolle a crée les corsets de « Red Shoes ».

  • Le nom du cabaret parisien est en hommage au chef Sioux Crazy Horse.

  • La 1ère Guest Star dans l’histoire du Crazy Horse est Dita Von Teese en octobre 2006.

  • Christian Louboutin a dessiné les souliers d’une majorité de tableaux dont « Teasing », « Rougir de Désir » et « Upside Down ».

  • Chaque danseuse est baptisée d’un nom de scène lors de son entrée au Crazy Horse.

  • La voix féminine sur la bande son du numéro « Spoutnik » appartient à la danseuse Fiamma Rosa.

ENVIE DE NOUS REJOINDRE ?

PROPOSER UN NUMÉRO PASSER LE CASTING