Hilton McConnico

Designer américain

Une bouche-bisou rouge, comme mordue avec passion, un velours noir qui tranche avec une blondeur immaculée, une cambrure audacieuse et des talons qui étirent la jambe à l’infini … En jouant avec les codes historiques du Crazy Horse, Hilton McConnico célèbre le temple de la féminité avec sa fibre artistique et crée, pour le nouveau spectacle, une affiche qui conjugue ingénieusement l’épure et l’impertinence.

La conception graphique était un challenge en soi : il s’agissait de trouver un sens de lecture cohérent, qui permette à la fois de rassurer sur l’ancrage dans l’histoire et d’affirmer le nouvel élan du Crazy Horse. En quelques mots, revisiter les éléments du passé pour les réinvestir dans le présent. La difficulté tenait dans le fait de ne pas tomber dans le lieu commun du cabaret, vulgarisation d’un amalgame mal construit.

Hilton McConnico joue avec l’ADN du Crazy Horse

Toute la magie du Crazy tient dans le juste équilibre de ses valeurs, dans la prise de risque, toujours contrôlée, dans le jeu subtil de l’hyperféminité et de la provocation, de l’image de femmes qui s’offrent aux regards pour se dérober ensuite. La séduction vient de ce jeu de cache-cache sensuel.

L’affiche annonce ici l’icône, la femme qui serait à elle seule toutes les femmes à la fois grâce à l’absence de visage. Une muse qui prend la pose et qui attend le regard de l’autre, vocateur, provocateur… Hilton McConnico joue avec l’ADN du Crazy Horse et lui offre, à travers son affiche, l’étendard universel d’une conquête jamais aboutie : la femme éternelle et universelle.

César du meilleur décor en 1983

Designer américain, Hilton McConnico a démarré sa carrière dans la mode comme créateur pour Yves Saint Laurent et Ted Lapidus. A la fois scénographe, designer, décorateur, graphiste, peintre, photographe, cinéaste… et poète, il crée depuis 1988 des collections pour des éditeurs dont certaines, comme les Cactus de Daum, intègrent dans les collections permanentes de nombreux musées à travers le monde. En 1983, il reçoit le César du meilleur décor, pour La lune dans le caniveau de Jean-Jacques Beineix. Il a aussi réalisé une trentaine de films publicitaires et des vidéo-clips.

LE SAVIEZ VOUS ?

  • Deux danseuses du Crazy Horse ont été les modèles pour David Lynch pour son projet « Fetish », en collaboration avec Christian Louboutin.

  • Le nom du cabaret parisien est en hommage au chef Sioux Crazy Horse.

  • Chaque danseuse est baptisée d’un nom de scène lors de son entrée au Crazy Horse.

  • La voix féminine sur la bande son du numéro « Spoutnik » appartient à la danseuse Fiamma Rosa.

  • Hilton McConnico a crée la première affiche du spectacle « Désirs » en 2009.

  • Chaque année, les danseuses du Crazy Horse utilisent 250 paires de bas, 500 litres de maquillage et 300 tubes de rouge « Crazy ».

  • La 1ère Guest Star dans l’histoire du Crazy Horse est Dita Von Teese en octobre 2006.

  • Christian Louboutin a dessiné les souliers d’une majorité de tableaux dont « Teasing », « Rougir de Désir » et « Upside Down ».

  • Poupie Cadolle a crée les corsets de « Red Shoes ».

  • Inauguré le 21 septembre 2009, le show « Désirs » est signé Philippe Decouflé et Ali Mahdavi.

  • Fifi Chachnil signe la tenue de la PDGère dans « Crisis ! What Crisis ? »